Test - Pentax RICOH GR, une nouvelle bestiole dans la famille !

Alors non, je n'ai pas encore fais de retour d'utilisateur sur le nikon P7700 que j'ai acquis il y a bientôt un an, mais j'ai déjà craqué pour un nouvel appareil photo compact...

Et là tu vas me dire : "Mais qu'est-ce que quoi ?", "Pourquoi ?", "Qu'est-ce qui t'arrive ?", "Serais-tu encore plus geek que tu en as l'air ?".
Ce à quoi je répondrai, dans l'ordre : "C'est pas une question.", "J'avais envie.", "Rien de plus.", et "Oui, définitivement oui."


Donc pour développer LA réponse à LA question intéressante que tu m'as posée, à savoir "Pourquoi ?", voilà un premier retour après une semaine d'utilisation.

1/ Qu'est ce que c'est que cet appareil ?

Ben déjà, c'est un compact, qui à l'air d'un jouet et qui tient dans une poche. Mais sa vrai particularité, c'est d'être doté d'une focale fixe équivalente à 28mm F/2.8, et d'un capteur APS-C de 16 Mpix.

Il ressemble à ça :

Il ne paye pas de mine, hein !?

Là, si tu me connais un peu, tu t'écries : "Mais Batist, tu as déjà un 28mm f/2.8, deux zooms qui couvrent cette focale, un réflex APS-C, un autre 24/36, et un compact qui déboite... pourquoi tu avais besoin de ça en plus ?"
Je n'en avais pas besoin, j'en avais envie, c'est pas pareil. Mais maintenant que je l'ai, je peux quand même trouver de bonnes raisons. Voilà la première :

Il ne paye toujours pas de mine, hein !?
Tu commences à comprendre ? À gauche, c'est un d700 (réflex 24/36) muni d'un 28mm f2.8. Le 28mm pèse seulement 40g de moins que le Ricoh... Donc pour la même focale et la même ouverture, je n'ai plus besoin de me trimballer 1200g (28mm+D700), mais seulement 245g. Tu ajoutes à ça que la qualité optique de l'objectif du nouveau est meilleure, et que la qualité d'image du boitier sera proche de ce que fera le D700 dans la plupart des cas (et parfois même un peu meilleure...), et tu commences à te dire que ce n'est pas forcément un mauvais calcul !

Tu vois, que le D700 est un gros lard !


2/ Ok il est discret, il a une bonne qualité d'image, mais à l'usage, ça donne quoi ?

Déjà, quand tu l'allumes, tu remarque que ça va vite : moins d'une seconde pour qu'il soit prêt à bosser... 
Alors maintenant qu'il est allumé, tu te dis que tu vas essayer de faire des photos, et là, groooosssse surprise : la mise au point est super rapide (pour un compact), donc il devient pleinement utilisable dans la plupart des situations. Et dans celles où la mise au point serait encore un peu trop lente, il y a un mode pour la prédéfinir et pouvoir déclencher instantanément...
Ah oui, j'ai oublié de te préciser plus haut : c'est un compact "expert" (pompeux n'est-ce pas ?), ce qui implique un contrôle total sur l'ouverture, la vitesse, la sensibilité iso, si tu en as envie. J'avoue ne pas avoir essayé le mode automatique... Et il permet de shooter au format RAW, jpeg, ou RAW+jpeg, ce qui est plutôt pratique puisque, nouvelle surprise, les jpeg issus directement du boitier sont très bons, au point de se demander s'il ne faut pas réserver le raw pour les cas extrêmes...

En fait, tu as les fonctionnalités d'un réflex, mis à part que tu n'as pas de viseur... Il a même un testeur de profondeur de champ, ce qui est de moins en moins courant, et qui me fait espérer que Ricoh prévoit un autre boitier basé sur le même modèle, mais avec une focale plus longue (avec un 28mm, un testeur de PDC n'est pas souvent primordial, alors qu'avec un 50...).

Au niveau de l'ergonomie maintenant : mis à part le taquet pour sortir le flash, et le testeur de PDC qui sont sur la tranche de l'appareil côté main gauche, tu trouveras l'accès à tous les réglages sous ton pouce et ton index droit. Tu peux shooter en gardant la main gauche dans la poche !

tu vois ce que je veux dire ?
Il y a trois touches et un levier d'ajustement personnalisables, donc si tu leur assignes des fonctions qui te sont utiles, ça t'évitera de trop te perdre dans les menus...
Parce que oui, l'ergonomie des menus est un poil complexe : si elle te permet de presque tout personnaliser, il faut passer des heures à explorer pour tout comprendre, donc je n'ai pas encore tout compris... C'est quand même vite fait de s'énerver en cherchant une fonction qu'on a déjà vu quelque part, sans parvenir à remettre la main dessus...

3/ Maintenant, je veux en voir plus !

Le grand capteur APS-C permet de jouer avec la profondeur de champ.

Les scènes à fort contraste ne sont pas tellement un problème pour ce GR.

Les pixels-peepers iront regarder les aberrations  chromatiques, et je leur dirait que je ne les ai pas du tout corrigées...

Le mode macro permet de jouer, mais il est limité à 10cm de l'objectif, ce qui sera toujours trop pour photographier de la bestiole.

Le rendu des fins détails est impressionnant.

Bon, là j'ai abusé sur le vignettage...

Sans forcer sur le traitement, on peut vraiment avoir du contraste ET du détail.

Bon, ben c'est la voiture du facteur quoi...


Encore des contrastes que le boitier gère fort bien.

...

Si j'avais eu besoin de discrétion pour cette photo, j'aurai pu la faire quand même. Bon, il se trouve que je n'avais pas besoin de discrétion.

A 800 iso, les fichiers sont très propres, il restent utilisables jusqu'à 3200 ISO sans problème, au delà il faudra vraiment bien soigner son exposition et son post-traitement.

J'ai déjà parlé des contrastes ?

Je ne t'ai pas déjà parlé des contrastes ?
4/ Alors il n'a pas de défauts ?
Si, il en a :
-le mode TAV (manuel + ISO auto) qui est sensé nous dégager des soucis d'exposition impose en fait la plus grande vigilance : on ne peut pas limiter la sensibilité ISO, ce qui fait qu'on peut facilement se retrouver à 25 000 ISO, aucune photo ne survit à ça !
-Il n'y a pas de stabilisation : avec un boitier si léger, il est du coup compliqué de faire des photos nettes en dessous de 1/10 sec...
-Le mode vidéo n'est pas customisable, et il n'y a pas de prise micro.
-Il est livré sans chargeur de batterie : on doit brancher l'appareil pour recharger la batterie... 

Mais si je dois peser les pour et les contre je reste très largement dans le positif. Je ne t'ai pas parlé des "effets" applicables aux jpegs, du filtre ND intégré, je ne suis pas entré dans le détail des personnalisations possibles, je n'ai pas parlé du bruit quasi absent au déclenchement, je n'ai pas parlé de la quantité d'infos qu'on peut récupérer dans les tons clairs, de la propreté des tons sombres, de l'aspect non-linéaire du bruit ISO...

Donc pour conclure : j'ai mis mon nikon 28mm AF-D F/2.8 en vente. Mon 28mm, maintenant, c'est ce Ricoh GR.

Voilà !

Très le Mont.

Ce qu'il y a de bien quand tu fais un atelier BD dans une école, c'est que la pause déjeuner dure deux heures, donc tu as le temps d'aller te balader, et quand c'est en haute Savoie, ça ne gâche rien !






Test - Tokina 24mm f/2.8 RMC

Il y a quelques temps j'ai fait l'acquisition pour 20€, de ce "petit grand angle" en monture nikon. 
Je ne l'ai que peu utilisé depuis, et donc, me rappelant que j'avais ce machin qui prenait la poussière j'ai décidé de l'emmener en balade pour voir un peu ce qu'il avait dans le ventre.

Alors d'abord je te parle de la bestiole :



Il est tout petit, plus petit que le 24mm nikkor AF-D f/2.8. 
La construction est métallique, avec un caoutchouc pour la bague de mise au point qui a une course assez longue et fluide. La mise au point, bien entendu est seulement manuelle.


Il y a bien entendu une bague de diaphragme, qui est crantée de f/2.8 à f/16, ce qui est utile car comme c'est un objectif sans micro processeur, le réglage de l'ouverture se fait uniquement par cette bague.
Une échelle de profondeur de champ orne le fut de l'objectif, ce qui peut te permettre de travailler en hyperfocale, ou simplement d'estimer la distance de mise au point avant de cadrer, et d'ajuster celle ci avec l'oeil au viseur.


Le diamètre de filtre est de 52mm, ce qui est pratique pour les filtre : ce sont les moins chers car les plus courants (jusqu'à récemment)

Mon exemplaire est un peu usé, ce qui explique le tarif et il y a du jeu dans le bague d'ouverture. Je ne sais pas si ce jeu est d'origine ou pas, donc tu évites de poser la question.

Maintenant je te parle de l'utilisation, et là, en fonction de ton matos, ça peut se compliquer, j'explique :
Sur les appareils experts et pro, il n'y a pas de soucis, car le module de gestion de l'exposition calculera la vitesse d'obturation en fonction de l'ouverture, tu pourras donc utiliser ce caillou en mode semi automatique facilement.
Par contre sur les boitiers entrée de gamme et amateurs, tu devras gérer l'exposition au feeling, c'est donc du mode tout manuel obligatoire ( de la "vrai" photo comme disent les vieux réacs ).

Pour ma part je dispose des deux types de boitiers, et comme je suis très con, c'est avec un boitier amateur que j'ai décidé de le sortir, un nikon d5100, qui non content de ne pas être assez malin pour gérer l'exposition lui même, est en plus un boitier à capteur APS-C  et va, par effet de recadrage, transformer ce 24mm en l'équivalent d'un 36mm.


Sur un boitier plein format, on en verrait un peu plus à gauche, en bas, à droite et en haut.
Les impressions maintenant :
Une fois habitué au fait de commencer par faire un réglage au feeling, d'observer le résultat sur l'écran de l'appareil, et d'ajuster l'exposition, cette petite optique donne des résultats tout à fait correct.

Tu oublieras donc, sur un appareil sans mesure d'exposition, de faire de la photo sur le vif, à moins d'avoir un très bon pif pour juger de l'éclairement de la scène.

Le piqué est bon dès la pleine ouverture. Celle-ci est donc utilisable sauf en cas de très forts contrastes, car apparaissent alors des franges pourpres qui peuvent être gênantes, mais qui disparaissent lorsque tu fermes d'un diaphragme ou deux. Il fera donc un très bon job en photo de paysage, fermé à f/8 ou f/11.


En photo rapprochée (jusqu'à 27cm), il se débrouille pas mal, avec un Bokeh un peu dur mais doté d'une forte personnalité... Il faut faire avec, certains aimeront, d'autres non.



Les couleurs qu'il délivre me semblent un peu chaudes, un élément à prendre en considération si tu fais du jpeg direct, ou si tu es assez vieux pour faire de l'argentique. Si tu shootes en raw, pas de soucis, ça s'ajuste très bien en post-prod.
Je n'ai pas remarqué de vignettage insurmontable ni sur capteur APS-C, ni sur capteur plein format, ce qui veut dire que s'il existe, il n'est pas suffisant pour me gêner, ça n'engage que moi.

LE gros défaut que je lui trouve, c'est sa grosse sensibilité au flare et autres reflets parasites, si tu n'aimes pas ça, tu éviteras d'avoir une source de lumière forte dans le cadre à moins de vouloir te servir de ce défaut comme d'un outil créatif.
regarde bien le quart supérieur gauche...


En conclusion je dirai que c'est un objectif très contraignant : mise au point manuelle, diaphragme manuel, exposition manuelle, flare, focale fixe... Et donc que c'est un très bon outil créatif car il impose son caractère. Alors si ça ne te fait pas peur et que tu peux mettre la main dessus (moins de 50€ sinon tu te fait arnaquer), fonce tête baissée, ça vaut le coût !