Fisheye, un magazine face à un lecteur

Le magazine, il s'appelle "Fisheye", le lecteur il s'appelle Batist puisque c'est moi.

Toi qui commence à me connaitre, tu sais que je suis quelqu'un d'exigent, de "relativement" critique, mais quand même capable d'un certain enthousiasme.

Je vais commencer par te décrire un peu le magazine, le mieux étant tout de même d'aller en voir un exemplaire au kiosque mais il est 22h45 et franchement tu as autre chose à faire (si ce n'est pas le cas, attends 22h45 et relis cette phrase).

Au dessus du titre, tu pourras lire : "Le magazine lifestyle de la photographie". Et là, tu commences à espérer : un mag' qui parlerait de photo non pas par le prisme du lobbying des marques et des magasins de matériel, mais par celui de l'analyse et du regard sur la place de la photographie dans notre société.
Trop beau pour être vrai ? Pas sûr...

Trois numéros sont sortis, immédiatement identifiables par la couleur de la couverture : jaune pour le premier, rouge vermillon pour le deuxième. Pour le troisième tu vas voir en kiosque (mais il est 22h46 et tout et tout...), ou alors tu regardes les petites vignettes ci-dessous et tu en déduis que celui qui n'est ni rouge ni jaune est celui que tu pourras acheter dès demain matin.

http://www.fisheyemagazine.fr/

http://www.fisheyemagazine.fr/

http://www.fisheyemagazine.fr/

Tu remarqueras donc que tu as à faire à un graphisme soigné et très défini. Je te rassure, à l'intérieur  c'est pareil : un sommaire très clair, des rubriques facilement identifiables qui regroupent différents articles derrière des termes empruntés à la photographie (révélateur, mise au point, agrandissement, etc...). La mise en page est efficace et les photographies (tu es là pour ça, non ?) sont bien mises en valeur.

Tu l'as compris, c'est joli (en tout cas à mon goût). Mais est-ce que c'est intéressant ? Est-ce que ça te changeras de ces torchons maquettés par des commerciaux de chez adobe, et dirigés par ceux de chez canikon ? Est-ce qu'enfin tu vas avoir droit à un mag qui n'essaiera pas de te faire croire qu'il te FAUT la dernière nouveauté pour faire ennnnfin de bonnes photos ? Un mag qui ne passe pas ton temps à décortiquer du pixel pour que tu ouvres ton chéquier afin d'acquérir ce superbe objectif qui te permettras de compter les poils d'yeux d'une mouche à 300m ?... Peut être bien...

Donc pour en avoir le coeur net, tu lis le sommaire, et la joie s'abat sur toi : IL N'Y A PAS DE TESTS TECHNIQUES (ou très peu, et seulement orientés pratique), et la portion du magazine consacrée au matériel est carrément réduite. Ça commence bien.
Alors tu détailles un peu plus, et tu découvres des reportages de société, d'autres consacrés aux métiers de la photo, aux études, des porte-folios... Ça parle même d'économie et parfois de politique... Toujours au travers du prisme de la photographie.
Ainsi dans le premier numéro tu as eu droit aux déboires d'Olympus, dans le deuxième un dossier sur JR (si tu ne connais pas : http://www.jr-art.net/fr/jr ), dans le troisième un autre sur les femmes photographes au moyen orient. Bien entendu tu as plein d'autres choses dans ces magazines, mais si je m'amuse à recopier trois magazines dans cet article, tu risques de trouver ça long (22h50)... 

Au niveau de l'écriture, tu passeras un bon moment à lire tout ça, le ton est agréable, sans excès de jeunisme et sans consensualité. 
Tu auras en fait l'impression de te retrouver face à un magazine qui ne se cherche pas une identité, et qui a compris que la presse ne doit pas imiter internet mais proposer quelque chose d'autre. D'où, je pense, la mise de côté des aspects "techniques" de la photo. C'est habile et surprenant pour un truc qui n'a que cinq mois.

Donc tu as compris que j'ai commencé par l'enthousiasme ? Parce que oui, il y a quelques points négatifs tout de même.
Le premier : les dossier et articles mentionnés en couverture sont parfois ridiculement courts. Par exemple pour le premier numéro on a eu droit à un accrocheur "Insolite. À70 ans, il sort de l'anonymat.". C'est très bien, sauf que le dossier fait trois page, soit autant que la pub et le publireportage pour une camera grand angle waterproof d'une marque bien connue... Dans le deuxième c'est le "test : vos boitiers aux rayons X." qui est plus court qu'une pub pour un photophone...
J'ai écris "publireportage" ? Bon, j'en profite pour aborder le deuxième point négatif, mais j'imagine que tu sais de quoi je veux parler ? C'est agaçant, long, et ça essaye de te faire croire que tu lis une expérience de voyage d'un grand photographe, alors que c'est une pub pour une carte mémoire ou un smartphone... 
Je sais que c'est la mode, mais je ne vois pas de raison d'apprécier ça, et surtout pas de raison de croire à une quelconque objectivité dans les propos qui y sont tenus. Je sais aussi que la pub est nécessaire à la survie d'un magazine, mais bizarrement ça ne me fait pas l'apprécier beaucoup plus.

Bon, mis à part ça, ça reste quand même un mag' très agréable et qui change vraiment dans l'univers des magazines photo, un mag' qui n'est pas destinés aux technophiles/geeks/pixelspeepers. Tu y découvriras réellement des choses, des artistes, des concepts, et l'univers, au sens large, de la photographie.
Bref, les trois premiers numéros ont été très intéressants, ça augure encore un bon moment pour le quatrième ! Alors maintenant qu'il est 22h54 (à moins que tu lises lentement : à ce sujet il y a un beau reportage sur l'illettrisme dans le numéro 3...), tu vas au lit, et demain matin tu piques un billet de 5 à ta maman pour aller te cultiver, ça te changera de White Dwarf, Entrevue, Newlook, Notre temps et Voici.

Et si tu veux en savoir plus, en voir plus :